Rechercher
  • Bapt

Cerro Putukusi 2500m

Durée : 4-5h aller retour pause comprise

Prix : Gratuit

Départ : Aguas Calientes

Difficulté : Très difficile


Lorsque l’on passe quelques jours à Aguas calientes, c’est généralement pour visiter le site du Machu Picchu. Ce symbole historique de la puissance de la civilisation Inca est l’une des 7 Merveilles du monde. Depuis sa (re)découverte par l'explorateur Hiram Bingham en 1911, il est devenu l’un des sites touristiques les plus fréquentés au monde. La Montaña et le Huayna Pichu sont deux sommets offrant un de vue somptueuse sur le Machu Picchu (lorsqu’il fait beau évidemment). On remarque très facilement de nombreux sommets et autres crêtes lorsque l’on emprunte la voie de chemin de fer entre Hidroelectrica et Aguas Calientes. Qu’en est-il des ces autres montagnes ? Sont-elles accessibles et valent-elles le coup d’y consacrer un peu de votre temps sur place ?


Le Cerro Putukusi, culminant à 2560m est un des sommets accessibles rapidement depuis Aguas Calientes. Cette altitude permet d’y trouver une vue dégagée, bien que lointaine, sur le Machu Picchu ainsi que sur la Vallée Sacrée. L’ascension n’est pas très longue mais elle est difficile physiquement. De nombreux articles montrent que l’accès était plutôt fréquenté et bien équipé il y a quelques années. À titre de comparaison avec mon expérience, je vous invite à lire l'article de Vanessa au sujet du Putukusi ! Lors de notre montée en Juin 2018, les échelles avaient été enlevées car en trop mauvais état et trop peu de touristes s’y engageaient pour que l’entretien du sentier soit rentable. Cependant, plusieurs sources s’accordaient à dire que l’accès au Putukusi allait être réhabilité dans les prochaines années afin de diversifier les activités au départ d’Aguas Calientes. Très peu d’informations sont disponibles sur internet concernant l’accès au Cerro Putukusi. Comme il est théoriquement fermé, je vous laisserai chercher vous même plus d’informations sur l'endroit précis du départ du chemin ! N'hésitez pas à demander aux locaux, la majorité des habitants connaissent cet accès.


Dièdre de départ

L’accès au Cerro Putukusi démarre sur le bord de la voie de chemin de fer peu avant d’arriver à Aguas Calientes. Le chemin s’élève quelque peu durant une centaine de mètres. Il n’est pas très bien dégagé et semble servir de toilettes à ciel ouvert. Au bout de ce chemin, on rencontre ce qu’il reste de l'ancien portique d'accès. Juste au-dessus, on voit une paroi rocheuse s’élever sur une trentaine de mètres. Des trous et restes d’équipements indiquent clairement qu’un accès était anciennement aménagé. Il faut donc grimper dans ce dièdre et être très prudent car la roche est patinée et très glissante à cause de l’humidité ambiante.




Des restes de câbles sont encore fixés plus ou moins solidement à la paroi et permettent de grimper plus facilement. Il faut vraiment faire abstraction du vide et personnellement, j'ai préféré utiliser au maximum les prises rocheuses en lesquelles j'avais plus confiance. On trouve à certains endroit des prises artificielles et semblent bien plus solides que les câbles. Cette première partie est de loin la plus physique de la randonnée car il faut vraiment grimper, s'assurer de la solidité de ses appuis et des prises. Après quelques mètres de dièdre presque vertical, on se retrouve sur un petit rebord ce qui nous permet de faire une petite pause et profiter d'une vue quelque peu dégagée sur la vallée.


Le chemin continue ensuite en pente raide, alternant terre, escaliers taillés par les racines et résidus d’échelles en bois… Arrivés en haut de cette zone assez dangereuse, on retrouve un sentier plus classique. Après quelques mètres supplémentaires de dénivelé, on rejoint une sorte de col. La vue n’y est pas extraordinaire car bouchée par la végétation. Le chemin continue sur la gauche puis traverse dans une zone ensoleillée et dégagée. Quelques lacets dans les hautes herbes et l’on rejoint enfin le sommet. Des rochers permettent de prendre un peu de hauteur sur la végétation et ainsi profiter du panorama.

Vue depuis le Mont Putukusi (2500m)

Juste en face, on peut voir le Machu Picchu dans son intégralité. Lorsque l’on le visite, on peut déjà se rendre compte de l’immensité des lieux. Ce qui est assez incroyable, c’est que la vue depuis le Putukusi permet de se rendre encore plus compte de l’étendue de ce chef d’oeuvre historique. Elle nous permet de mieux se rendre compte de l’emplacement du Machu Picchu, de se conception en terrasses et de sa beauté. Par grand beau temps on peut même voir certains sommets enneigés de la cordillère de Vilcabamba. De gauche à droite, on retrouve le Salcantay (6271m), le Padreyoc (5771m), Quriwayrachina (5404m) ou encore le Pumasillo (6000m). Le contraste entre la Vallée Sacrée, très humide avec une végétation dense et les montagnes de la Cordillère, très sèches et peu arborées, est saisissant. Ces montagnes paraissent lointaines mais elle ne sont en réalité qu'à une petite quarantaine de kilomètres à vol d'oiseau.


Un panorama à 360° du sommet (datant de 2014) est disponible ici !


Ce point de vue permet aussi de voir comment la Vallée Sacrée, celle que l’on emprunte pour rallier Hidroelectrica à Aguas Calientes, serpente au milieu des montagnes. Après une montée difficile physiquement, c’est vraiment mérité. Comme ce mont est très difficile d’accès, personne n’y monte. Le jour de notre ascension, nous avons retrouvé une seule personne au sommet, un baroudeur Suisse connaissant sur le bout des doigts la région.


C’est en entamant la descente que l’affaire se corse. La première partie se déroule sans encombre. Mais lorsque l’on rejoint le sentier et les zones plus humides, il faut être extrêmement prudent. La désescalade se révèle être bien plus compliquée car forcément, on peut moins bien visualiser certaines prises. Il faut donc prendre le temps d’observer et tester les points d’appuis. Au final, la descente dure presque plus de temps que la montée. L’arrivée au pied de la façade principale marque la fin de la partie dangereuse. Le retour vers Aguas Calientes s’effectue tranquillement en longeant le chemin de fer qui arrive tout proche de la place centrale.



Après une telle randonnée, rien de mieux que d’aller boire un bon jus de fruit frais dans l’un des nombreux café restaurants du centre !


Si vous avez l'habitude de crapahuter, grimper et que vous n'avez pas peur du vide, vous pourrez songer à vous lancer dans cette aventure. Il vous faudra aussi y consacrer une journée afin d'avoir le temps et ne pas devoir se presser dans les passages dangereux. Attention à ne pas trop tarder au sommet car le soleil se cache très vite derrière les montagnes et l'obscurité rendrait la descente très périlleuse. La vue au sommet vaut vraiment le détour et l'absence de touristes rend le lieux encore plus agréable. Cependant, cela ne doit pas être un prétexte pour se mettre en danger, en cas de blessure ou de problème personne ne pourra venir vous secourir ... alors soyez prudents !

87 vues
  • LinkedIn

©2020 par Baptiste Achard.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now